La Fondation Dora aide l’association Resiliam à faire face au handicap d’un frère ou d’une sœur grâce au lancement d’un nouveau groupe d’entraide pour des fratries de jeunes âgés de 10 à 15 ans.

Vivre avec un frère ou une sœur en situation de handicap peut susciter des questionnements, des inquiétudes et aussi des souffrances, parfois difficiles à mettre en mots. La cellule familiale investit énormément de temps et d’énergie pour l’enfant porteur de handicap, souvent au détriment des frères et des sœurs.

Resiliam a mis en place un groupe d’entraide qui donne la possibilité aux enfants de se rencontrer entre pairs vivant la même situation. Cetespace spécialement conçu pour eux, leur permet d’exprimer et de partager leurs vécus intérieurs, leurs idées, leurs solutions, leurs affects et leurs ressentis par des jeux, des discussions et des ateliers créatifs. Les retours des enfants sont très positifs, notamment le fait d’êtreentourés de pairs qui les comprennent et d’avoir un endroit fait spécialement et seulement pour eux. 

photo_Resiliam_1334371975.jpg

Ces enfants ont tous des parcours, des questionnements et des relations fraternelles différents, liés aux histoires personnelles et auxhandicaps des frères et sœurs : polyhandicap, déficience intellectuelle, trouble envahissant du développement, trouble du spectre de l’autisme, etc. Les enfants ne s’opposent pas sur leurs différences, mais se retrouvent sur leurs vécus ou leurs ressentis communs, ce qui enrichit leurs échanges. 

La prise en charge de Resiliam se décline en deux modes distincts : le travail en famille et le groupe de pairs :

  • Travail en famille : une première rencontre d’évaluation des besoins et de soutien, suivie d’au moins une seconde rencontre ou plussi nécessaire
  • Groupe de pairs : ce groupe entre enfants permet de partager leurs difficultés ainsi que leurs ressources et de se sentir moinsseuls ; il a lieu une fois par mois et il est animé par 2 psychomotriciennes

Fondée en 2012, l’association Resiliam est une organisation reconnue d’utilité publique par l’Etat de Genève, cette association soutient des enfants et des adolescents devant faire face à une maladie grave, au handicap ou au décès d’un proche. 


Où est passée la joie ? c'est le nom d’un livre qui explique à un enfant, la dépression d’un parent (père ou mère) ; ce livre est maintenant disponible en 
16 versions différentes, chaque version est elle-même disponible en français, allemand, italien et anglais. 

Quand un parent est malade sur la longue durée, c’est toute la famille qui en souffre, en particulier les enfants. Pour aider un enfant à mieux comprendre les troubles psychiques de son papa ou de sa maman, l’association Novacarta a développé une livre sur la dépression, ce livre est maintenant disponible en plusieurs versions répondant à des situations familiales spécifiques. 

joie-ad-gabriel-maman-FR_2_livres_agauche.jpg

Ce livre offrira aux enfants une meilleure compréhension de la dépression d’un parent et facilitera le retour de l’espoir et de la joie.

Vous pouvez consulter et acheter ce livre sur le site de l’association Novacarta: 
https://novacarta.ch/fr/ou-est-passee-la-joie/

La Fondation Dora a soutenu financièrement l’association Novacarta pour la conception et la production de ce livre.


La Fondation Dora soutient le développement d’un logiciel multiplateforme d’aide à l’écriture pour personnes dysorthographiques et/ou dyslexiques, compatible avec les mesures d’adaptations scolaires en vigueur. A ce jour, il n’existe aucun logiciel d’aide à l’écriture, parfaitement adapté aux élèves dysorthographiques pour l’aide à la rédaction de textes.

Icare_1209432553.jpg

Ce nouvel outil sera composé de différents modules de prédiction de mots spécialement adaptés aux personnes dysorthographiques. Il permettra aux élèves d’être plus autonomes dans leurs écrits, au quotidien, que ce soit en classe, à la maison, en thérapie, ou dans d’autres situations.  Le logiciel permettra d’alléger la charge cognitive de double tâche et permettra, dans certains cas, à des élèves de réintégrer un parcours scolaire classique. 

Il sera distribué gratuitement dans les classes spécialisées des cantons romands. 

Fondé en 1991, l’institut de recherche Icare, basé à Sierre (Suisse) est une association à but non lucratif qui conçoit et crée des logiciels innovants dans différents domaines et dont le but est de favoriser l’innovation technologique.


Posté le 2 décembre 2021

Modèle innovant d’inclusion

La Fondation Dora soutient un nouveau centre socio-éducatif développé par Krembo Wings. Ce centre, situé en Israël, offrira un modèle innovant pour mettre en place des bonnes pratiques en matière d’éducation inclusive. Le centre offrira diverses activités de formation ainsi que des conférences afin de donner aux professionnels des outils d’inclusion pour améliorer leurs programmes éducatifs et leurs activités scolaires et professionnelles. 

Modele_innovant_inclusion.jpg

L’objectif de ce nouveau centre est d’assister les éducateurs à développer leurs compétences en matière d’inclusion scolaire au bénéfice des enfants qu’ils soient handicapés ou non. Grace à cette amélioration des compétences éducatives, les enfants handicapés pourront se sentir plus aptes, prêts à s’épanouir socialement et s’impliquer davantage dans leur quotidien scolaire. Dans le même temps, les enfants non handicapés apprendront la tolérance et comment devenir eux-mêmes un soutien pour aider leurs camarades ayant des besoins particuliers. 

Les formations s’adresseront au personnel enseignant des écoles et des jardins d’enfants, aux conseillers éducatifs, aux personnes travaillant dans les centres communautaires, les départements de la jeunesse et de l’éducations, et aussi aux parents. Les résultats de ces formations seront partagés avec le monde académique.  

Krembo Wings est un mouvement de jeunesse israélien qui aide des enfants et des jeunes ayant un besoin particulier. 


Posté le 10 juin 2021

Sortie de prison

La Fondation Dora soutient financièrement le programme « Hope beyond Bars » qui se déroule au Salavador. « Hope beyond Bars » est la phase III d’un programme plus large qui aide les mères et leurs enfants vivant en prison. L’ensemble du projet est dirigé par l’organisation Plan International.

Hope_Beyond_Bars_2.jpg

Au Salvador, une mère incarcérée garde son enfant avec elle jusqu’à l’âge de cinq ans, au-delà l’enfant doit quitter la prison et donc quitter sa mère.

Les phases I & II du projet ont permis de fournir aux mères incarcérées la formation dont elles avaient besoin pour être plus attentives au développement de leur enfant.

La phase III du projet a pour but d’assurer la meilleure réintégration possible de ces jeunes enfants quand ils quittent la prison. Une procédure dite « Transition Route » a été développée par des psychologues de différentes institutions. Cette procédure, dès lors qu’elle est officiellement reconnue, facilitera la réinsertion de ces enfants dans des familles d’accueil ou dans des établissements spécialisés.


Posté le 8 juin 2021

Coaching via E-learning

La Fondation Dora soutient financièrement un nouveau programme de coaching via E-learning développé par le CHUV pour les parents de jeunes enfants (1 à 4 ans) présentant un trouble du spectre de l’autisme (TSA).

Le Service des troubles du spectre de l’autisme et apparentés du centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) coordonne et regroupe l’ensemble des structures qui lui sont rattachées sur le canton de Vaud, structures impliquées dans l’accompagnement des personnes ayant un TSA, cela sur tout le parcours de vie.

photos_E-learning.jpg

Le projet proposera un accompagnement des parents via E-learning afin de leur transmettre des stratégies concrètes pour aider leur enfant avec TSA au quotidien.

L’originalité du projet réside dans l’association d’un programme de E-learning à un suivi régulier et personnalisé en téléconsultation par un professionnel référent formé.

Le projet fera par ailleurs l’objet d’une recherche dans l’objectif de connaître l’impact d’un coaching en E-learning versus un coaching en direct.


Posté le 11 janvier 2021

Troubles précoces du développement

La Fondation Dora va soutenir un nouveau centre de soins pluridisciplinaires destiné à offrir, dans le canton de Genève, une structure de référence dans la prise en charge des troubles précoces du développement. Ce centre aura aussi un rôle de formation des professionnels. Ce projet est conduit par l’association AGAThE spécialement créée pour l’occasion.

actualite_AGAthe.jpg

Le nouveau centre regroupera différents acteurs de la santé sous un même toit avec une interaction et une communication optimale autour de l’enfant et de sa famille. Les enfants de 0-5 ans, présentant des troubles du développement et ayant besoin d’au moins deux thérapies, constitueront la patientèle du centre. 

Le centre de développement de l’enfant des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) sera le partenaire privilégié pour les bilans diagnostics et d’évolution et garantira ainsi le respect des standards de soin.


Posté le 6 novembre 2020

Santé mentale des réfugiés

La Fondation Dora va soutenir le projet RE-START, une initiative du programme santé migrants (PSM) des Hôpitaux Universitaires de Genève visant à améliorer la prise en charge des familles de réfugiés souffrant d’un Stress Post Traumatique (SPT). Dans le dispositif actuel, les enfants ne sont pas toujours dépistés suffisamment tôt et correctement accompagnés. Or, qu’ils aient été directement exposés à des violences ou que la transmission du traumatisme se fasse à travers les parents qui l’ont vécu, ils sont à haut risque de développer des problèmes de santé mentale. La problématique est encore plus criante chez les réfugiés mineurs non accompagnés.

capoeira.jpg

Le projet vise à renforcer l’encadrement médico-psychosocial de ces familles et à développer, pour les adolescents, des projets de groupe type Art-thérapie, Photolangage et Capoeira dont l’efficacité a été démontré pour ce type de population.

https://www.sportanddev.org/fr/article/news/la-capoeira-une-source-etonnante-de-changement-social


Plusieurs études empiriques ont démontré que des antécédents maternels de traumatisme tels que la maltraitance et/ou la violence familiale peuvent nuire au développement du cerveau d’un enfant avant et après sa naissance; ce phénomène est appelé stress toxique.

La Fondation Dora soutient une étude pilote qui vise à identifier les bébés, avant et après la naissance, le plus à risque de souffrir de ce stress toxique, ceci permettra d‘orienter leurs parents vers des services s’occupant de la santé mentale et du développement des enfants.

CHUV_toxic_stress.jpg

En raison de la pandémie actuelle du CoVid-19, qui pourrait augmenter de différentes manières le risque de stress toxique pendant la grossesse et après la naissance, ce projet va inclure des mesures pour comprendre comment ces bébés qui sont déjà à risque de stress toxique, ainsi que leurs parents, réagissent à cette difficulté supplémentaire.

Cette étude est menée par des cliniciens spécialistes de la santé mentale des enfants du Centre Hospitalier Universitaire Vaudois (CHUV) en collaborations avec le Centre Médical de l’Université de Texas, Houston, USA. En cas de réussite, le projet pourrait déboucher sur un large programme de dépistage « state-of-the-art » afin de mieux répondre aux besoins de cette population à risque.


Posté le 22 octobre 2020

Chirurgie pédiatrique au Burkina Faso

La Fondation Dora va soutenir un nouveau programme de chirurgie pédiatrique au Burkina Faso. 

Au cours des 5 années du projet, les équipes des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) travailleront avec le Ministère de la santé du Burkina Faso et les prestataires de soins locaux pour améliorer le niveau de formation des médecins et soignants, décentraliser la chirurgie pédiatrique et renforcer ses infrastructures.

Actu_HUG_Burkina_Faso.jpg

Ce projet vise à sauver, traiter et réintégrer des milliers d’enfants burkinabés placés au rebut de la société car touchés par un handicap ou une maladie pourtant facilement guérissable par une simple intervention chirurgicale. 

Ce projet ambitieux intègre les actions et les politiques existantes du système de santé du Burkina Faso et apporte des réponses additionnelles pour que la chirurgie pédiatrique puisse s’y développer de façon pérenne.